Articles

En quête de reconnaissance...

Image
Certains d'entre nous, sommes en quête perpétuelle de reconnaissance de la part des autres, de nos parents, conjoints, amis, collègues, etc...
La reconnaissance, pour ceux qui en ont manqués dans leur vie, peut-être un moteur très fort pour avancer, construire des relations, des entreprises, une belle image de soi. 
Le problème est souvent que cela finit souvent par la même routine: on se sent seul au fond de soi, perdu peut-être et même vide parfois. 

La quête de reconnaissance est un puit sans fond, jamais réellement comblé, jamais totalement rassasié! Une quête impossible, une illusion ;( 

Alors que faut-il faire pour arrêter la roue de tourner dans le vide?! 
Et bien, déjà prendre conscience de ce manque, ce vide en soi même après avoir tout fait pour le combler. Rien de l'extéieur ne comble réellement le vide intérieur! 
Ensuite, il faut essayer d'inverser la machine: 
-Plutôt que de chercher à recevoir de la reconnaissance sans cesse, il va falloir commencer à en do…

Faire le deuil de son enfance incomplète !

Image
A un moment donné, pour grandir, devenir adulte totalement, nous devons faire le deuil de notre enfance peut-être incomplète ou insatisfaisante !
Pourquoi?! Pour avancer, grandir et devenir enfin adulte.
C'est en laissant partir l'enfant en soi ou son enfance qu'on peut enfin devenir adulte.
Il s'agit, selon moi, de faire le deuil de l'enfance qu'on aurait aimé avoir, des parents qu'on aurait aimé avoir, de l'amour et l'attention qu'on aurait dû recevoir.
Faire le deuil de toutes ces attentes et ces besoins encore tellement présent en nous même à l'âge dit "adulte". Et finalement, laisser partir ces attentes et ces besoins non-comblés et in-compris pour laisser place aux besoins et attentes de l'adulte que nous sommes devenus. 
Et comme tout deuil, il y a des peurs, de la colère, du déni, de la tristesse, etc. 
Il faut les vivre, laisser ses émotions s'exprimer. C'est la seule possibilité que nous avons pour enfin lais…

Vivre nos émotions !

Image
Malheureusement, nous ne pouvons pas fuir nos émotions, même celles dites désagréables: la tristesse, la perte, le manque, le vide affectif, le deuil, etc. 
Quand çà nous arrive, il faut être patient et vivre nos émotions. Les laisser circuler, rentrer, passer, pour finalement partir et laisser place à d'autres choses, d'autres émotions plus agréables. 
Pour combien de temps? Personne ne sait à l'avance, cela dépend de vous, de votre histoire et de votre sensibilité. 
J'ai l'impression que nous sommes pas vraiment habitué à vivre nos émotions. Peut-être encore plus chez les hommes. On zappe, on passe à autre chose, on avance, on met des oeillères. On aime pas les émotions désagréables, dites "négatives", qui adviennent dans les périodes difficiles. Nous sommes devenus impatients face à nos épreuves, nos souffrances, nos tristesses. 
Mais il y a un cadeau derrière ces émotions. Lequel ?! 
C'est l'occasion de se reconnecter à notre propre sensibilit…

Trouver une vision forte et puissante, qui vous inspire !

Image
C'est important d'avoir une vision forte et puissante de là où vous voulez aller! Une vision qui vous inspire vous! 
Pourquoi? 
Parce que c'est ce qui va vous permettre de tenir le cap longtemps et de dépasser les obstacles qui se présenteront à vous, d'affronter vos peurs, de patienter et de faire le nécessaire pour continuer d'avancer. C'est cette vision qui vous donnera le courage d'avancer encore et toujours malgré les doutes et les incertitudes que vous allez rencontrer sur votre chemin. 
Une vision trop faible peut nous faire manquer de motivation et renoncer à la première difficulté rencontrée. Alors qu'une vision forte et inspirante nous permettra de continuer d'avancer et d'aller au bout de notre projet. 
Il faut une cause, quelque chose qui nous dépasse, qui a plus d'importance que nous, qui a plus d'importance que nos simples besoins du moment et envies passagères. 
Il faut pouvoir s'ancrer dans des convictions profondes, …

L'incertitude c'est mon dada !!

Image
Bonjour à tous,
Aujourd'hui je voulais parler d'un thème que j'apprécie, qui me parle, qui me correspond et dans lequel j'ai du plaisir à évoluer: 
" L'incertitude "
Vous me direz c'est bizarre, ce thème, surtout dans le développement personnel on l'on plus parle de confiance en soi, de croire en soi, d'être plus sûr de soi! Pourquoi il nous parle d'incertitude ?! 
Parce que l'incertitude c'est mon dada, mon truc. J'aime évoluer dans l'incertitude. Avancer sans être sûr de ce que l'on va faire, trouver, rencontrer, connaître, comprendre, ressentir, etc. çà me plait, çà m'anime, çà me met en mouvement! 


Pendant longtemps, j'ai lutté contre cette faiblesse en moi que je jugeais négativement: le doute, l'incertitude et la remise en question. Je me suis dis qu'il fallait changer çà, devenir plus sûr de moi et plus confiant, avoir des certitudes! Et après 10 ans de développement personnel et 6/7 ans que j'…

Je n'ai pas réussi à aimer !

Avec le recul, je prends conscience que je n'ai pas encore réussi à aimer !
Je n'ai pas réussi à aimer une partie de moi-même sensible, créative, triste, émotive.   Je n'ai pas réussi à aimer cette partie de moi, fragile, repliée sur elle-même.  Je n'ai pas réussi à aimer cette partie de moi qui ressent les choses, intuitivement, simplement, librement.  Je n'ai pas réussi à aimer cette partie de moi libre, ressourçante, vibrante aussi. 
J'ai aimé cette partie de moi qui voulait tout contrôler.  J'ai aimé cette partie de moi qui pensait tout maîtriser.  J'ai aimé cette image de moi; fort, grand, imperturbable, rationnelle, réaliste. J'ai aimé cette rigidité et cette dureté en moi.  Et j'ai peut-être trop aimé et cultivé cette partie qui avait peur en moi. 
C'est donc au coeur de ce paradoxe que j'ai évolué depuis toujours et, si çà se trouve, où j'évoluerai encore longtemps.  Et à mon avis, c'est au coeur de ce paradoxe que je do…

Moi aussi, j'avais des besoins...finalement !

Image
Moi aussi, j'avais des besoins... finalement !

Et oui, moi aussi j'avais des besoins finalement. Après avoir passé mon temps, à comprendre ceux des autres, à y répondre consciemment ou inconsciemment, à les faire émerger, à tenter d'y répondre encore et encore... je viens de prendre conscience que moi aussi j'avais des besoins! Et que je devais les exprimer.

J'avais des besoins et j'ai des besoins.

Le besoin de partager longuement, de prendre mon temps, de comprendre les choses avant de les faire pour ne pas risquer de m'embarquer dans des directions qui n'ont pas de sens pour moi.

Le besoin de me dire, de me raconter avec mes mots, d'être entendu, d'être à ma place pour faire ce qui est juste pour moi.

Le besoin d'avancer à mon rythme, tranquillement, sans répondre aux attentes et aux demandes pressantes des autres, servant à les rassurer, les sécuriser ou simplement nourrir leurs besoins à eux, personnels qui se transforment même en exigen…